IRM de genou et pertinence des soins

van Oudenaarde K et al. General practitioners referring adults to MR Imaging for knee pain: a randomized controlled trial to assess cost-effectivenesses. Radiology 2018 Apr 17: 171383.

On le savait

Les douleurs du genou représentent le second motif de consultation chez le médecin généraliste après la lombalgie, avec une fréquence de 4 à 6/ 1000 sujets de 15 à 25 ans par an notamment. Une idée reçue consiste parfois à penser, dans la population médicale comme chez nos patients, que la réalisation précoce d’une IRM améliore la prise en charge et accélère les délais de guérison. Cette assertion est toutefois sujette à controverse puisque, à titre d’exemple, la Société des médecins généralistes des Pays Bas recommande désormais de laisser la décision d’une telle prescription dans les mains des seuls chirurgiens et en second recours

What’s new Doc ?

L’étude prospective de van Oudernaarde démontre la pertinence médicale et économique de ne pas prescrire d’IRM du genou systématique en cabinet de médecine générale en cas de douleur inaugurale du genou, non fracturaire et datant de moins de six mois. Dans l’étude, les 356 patients (âgés de 18 à 45 ans) se voyaient proposer un traitement médical standardisé et étaient répartis dans deux groupes. Les patients du premier groupe bénéficiaient d’une IRM systématique dans les deux semaines (97%) tandis que ceux du second groupe ne passaient cet examen que dans un second temps en cas d’échec du traitement et sur indication d’un chirurgien orthopédiste (37% des sujets). Au total, si aucune différence significative ne ressortait entre les deux groupes en termes de résultat fonctionnel à 12 mois, les coûts médicaux et sociaux engagés s’avéraient supérieurs dans le groupe bénéficiant systématiquement d’une IRM précoce, la différence ne traduisant in fine que… grosso modo le coût de cet examen.

À ce type de constat s’opposera légitimement, à une heure où les discussions sur la pertinence des soins battent leur plein, notre argument récurrent (et subi) de médecins selon lequel la prescription d’un produit ou d’un examen joue souvent une fonction notoire de « réassurance » des patients, comme l’illustre si bien le sujet des antibiotiques depuis de nombreuses années… Puisse ainsi la valeur pédagogique du présent article être perçue par chacun.


< Voir toutes les actualités
qualiopi
datadock