“Kystes” et “lipomes” calcanéens

Malghem J et al. Calcaneal cysts and lipomas: a common pathogenesis? Skeletal Radiol 2017; 46: 1635-1642.

On le savait

En imagerie, lipomes et kystes intra-osseux revêtent de troublantes similitudes au point qu’un continuum entre ces deux entités est, au moins occasionnellement, suspecté même si cette opinion n’est pas unanimement partagée. Pour certains, la présence de liquide au sein d’une lésion graisseuse (c’est-à-dire un « lipome ») traduirait sa nécrose même si cette évolution n’a jamais été démontrée. À l’inverse, pour d’autres, la présence de graisse au contact d’un kyste intra-osseux traduirait son involution sous la forme d’un comblement graisseux plus ou moins important. En outre d’autres auteurs considèrent lipome et kyste comme deux entités distinctes et sans la moindre relation.

What’s new, Doc?

Dans son récent article Jacques Malghem détaille, avec sa rigueur habituelle, l’historique des controverses sus-mentionnées autour des kystes et lipomes du calcaneus. Après avoir rappelé que ces deux entités partagent les mêmes forme, contours, localisation au sein de l’os et prédominance masculine, il note que l’âge assez jeune de découverte des lésions kystiques chez l’adulte contraste avec celle plus tardive des lésions graisseuses au même site, rendant d’autant plus plausible l’hypothèse d’une conversion graisseuse des premières à travers le temps. Cette hypothèse est en outre appuyée par un cas personnel de l’auteur, premier du genre dans la littérature, démontrant chez un patient de quinze ans la transformation subtotale et spontanée d’un authentique kyste de découverte fortuite sur une période de sept ans. Au total, la démonstration faite dans cet article continue de convaincre du lien étroit et chronologiquement « antérograde » entre kyste et lipome et appuie l’assertion belge désormais bien admise selon laquelle certaines “lésions régressantes sont des lésions re-graissantes ».

 


< Voir toutes les actualités
qualiopi
datadock