#1 Gérard Morvan, un parcours d'excellence

Auteur Raphaël Guillin
Catégories
Date 14/11/19
Portrait Gérard Morvan
En Janvier prochain, IMOSTEO publiera un parcours exceptionnel contenant le recueil des meilleures présentations de Gérard Morvan sur le thème de la colonne vertébrale. Dans la première partie de cette interview, l’auteur nous éclaire sur la genèse d’une approche clinique et pédagogique qu’il a construite sur plus de quarante années.

Imosteo publie cet hiver un recueil de vos présentations sur le thème de la colonne vertébrale. Que contient-il et quelle en est la génèse ?

Il contient un ensemble de cours qui couvre l’essentiel de la pathologie mécanique de la colonne lombaire, celle que tout praticien, spécialisé ou non, peut rencontrer dans sa pratique quotidienne. L’originalité de ces cours est leur angle d’approche de la colonne, expliquée par mon histoire: pour mon dernier semestre d’Internat de Paris, j’ai demandé au Professeur Raymond Houdart, alors patron renommé du service de neurochirurgie de Lariboisière, une place d’interne en neurochirurgie. Son acceptation, inédite, a changé la façon du radiologue que j’étais de voir la colonne: pendant six mois, j’ai opéré (ou aidé à opérer) des colonnes et me suis confronté aux problèmes d’indication, de technique opératoire et de complications.

 

Pendant mes trois ans de clinicat en neuroradiologie qui suivirent (puis lors des trois décennies suivantes...), j’ai continué à fréquenter quotidiennement les chirurgiens, à participer aux staffs décisionnaires (on dit aujourd’hui des “RCP”) et à fréquenter les blocs opératoires. Notamment avec l’équipe du Pr Jean Cauchoix et son élève, mon ami le Pr Bruno Lassale. J’ai ensuite passé deux ans dans le laboratoire d’anatomie des Saints-Pères et un an aux Arts et Métiers dans le laboratoire de biomécanique du Pr Lavaste. 

 

Enfin au sein de ma propre équipe de radiologie libérale se sont succédés, au fil de longues  années, des heures de discussions passionnées et de nombreux travaux anatomiques et radiologiques en commun. D’où ma vision particulière de la colonne, à la fois clinique, anatomique et radiologique.

 

Je me suis ainsi successivement intéressé à l'anatomie de la colonne, à sa biomécanique, à ses différentes formes d’imagerie au fur et à mesure de leur apparition (radiographies, myélographie, scanner, IRM, EOS…), aux différentes thérapeutiques chirurgicales et percutanées…

 

Pourquoi avez-vous choisi de les diffuser via la plateforme de formation d’Imosteo ?

Pour deux raisons  simples :

  • je fais partie d’une génération de radiologues qui a eu la chance de bénéficier d’un enseignement poussé en radiologie conventionnelle. Les générations suivantes ont surtout été nourries au lait de l'imagerie en coupes. Je ne voulais pas que tout cet acquis se perde.
  • j’ai beaucoup enseigné de manière traditionnelle (congrès, cours, ateliers, livres, articles…). Ce type d’enseignement présentiel a de grandes qualités, mais aussi des limites, notamment dans la pérennité. D’où l’envie d’un type d’enseignement différent, non présentiel, susceptible de pérenniser cet enseignement encore quelques années.

 

Par ailleurs, le fait d’aborder une nouvelle forme de pédagogie, nouvelle pour moi, est un défi qui me me plaît: il offre aux participants la possibilité commode de moduler son parcours, de le morceler au gré de son emploi du temps, de revenir en arrière, bref de laisser mûrir ces nouvelles connaissances et de les assimiler en profondeur. La vision de Raphaël Guillin m’a paru suffisamment proche de ma propre conception des choses pour que je sois tenté par son projet.

 

Est-ce votre première expérience en formation digitale et pensez-vous que cette modalité va prendre le pas sur les formations présentielles ?

Ce n’est pas ma première expérience, mais une des premières. Je ne pense pas que cette modalité prenne le pas sur les formations présentielles classiques: pour moi rien de remplacera jamais le contact humain direct, ce fil invisible qui relie le maître aux élèves, avec à la clef une réponse franche et directe aux questions les plus saugrenues, une explication patiente et adaptée, et surtout une humanité et un sens de l’humour de l’orateur. Nous avons tous en mémoire de tels moments exceptionnels de partage. Rien de mieux qu’un cours classique avec un enseignant de talent. Encore faut-il en disposer et pouvoir s’y rendre.

 

La formation digitale a elle aussi des avantages originaux: plus légère, plus souple, ne nécessitant pas de déplacement, elle peut être répétée, fractionnée… Toute chose que l’enseignement classique n’autorise pas. Bref, deux modes d’enseignements très différents, mais complémentaires !

 


Gérard Morvan est radiologue libéral et membre éminent de la Société d'Imagerie Musculo-Squelettique (SIMS), de l'Académie de Médecine et de l'Académie de Chirurgie.

 

Pour en savoir plus sur ce recueil 100% en ligne, consulter la page de la formation

 

>> Lire la suite de l'interview #2 L'imagerie MSK à l'épreuve du temps

 

Commentaires

Aucun commentaire

Laisser un commentaire